Archive | photographie RSS feed for this section

Le pouvoir de la musique

26 Juin
photo devant l'hôtel de ville de Paris

photo devant l’hôtel de ville de Paris

Aujourd’hui, je me questionne sur le fait de savoir si je suis la seule a subir cet effet là. De quel effet suis-je en train de parler?

C’est étrange mais quand j’écoute certaines chansons, je ressent la même chose que lorsque je lis un livre qui exprime exactement ce que je vis. Les mots représentent exactement le sentiment que j’ai pu avoir, et la mélodie véhicule parfaitement  l’émotion qui lui est lié.( On doit être nombreux dans ce cas là non?)

J’ai vraiment l’impression qu’elle influence l’atmosphère qui m’entoure et même mes humeurs. Ce qui est difficile c’est que ça peut à la fois m’aider à me sentir mieux lorsque je ne me sent pas au meilleur de ma forme, mais ça peut également avoir l’effet contraire (en mode je me complais dans ma misère). Et puis, je crois avoir légèrement tendance à me focaliser sur un passage de chacune de mes chansons préférées : je fais des fixations. 

Photo devant l'hôtel de ville de Paris

Photo devant l’hôtel de ville de Paris

Enfin j’admire la capacité que certains artistes ont lorsqu’ils composent à  jouer parfaitement des contrastes. Ils parviennent à mêler  l’atmosphère « enjouée » de leur mélodie avec des paroles complètement mélancoliques. 

C’est le cas pour Two door Cinema Club (que j’écoute en majorité pour me remonter le moral) sauf pour celle-ci : Next Year.

« Maybe someday,
You’ll be somewhere
Talking to me
As if you knew me »

 Les autres photos de « bulles géantes » sont sur la page facebook

Publicités

Unknown

24 Juin

Les inconnus?02

The Kooks – Mr Maker 

C’est étrange quand j’y pense, mais je doute d’avoir déjà été timide avec les gens que je rencontrais. Paradoxalement il m’est même arrivé de me sentir plus à l’aise avec des inconnus qu’avec des proches. J’imagine que c’est parce qu’ils n’ont pas d’impact directement sur ma vie. Peu importe ce que je dis ou ce que je fais, les conséquences seront forcément moindres.

La difficulté vient au moment ou l’inconnu ne l’est finalement plus. On s’est peut être déjà trop livré, ou révélé à celui-ci?

Malgré cela je trouve quand même libérateur de parler avec de parfaits inconnus.

Je me fais peut être ma propre thérapie?

 04

Un peu trop de lumière sur ces photos, mais je les aime quand même.  les quelques autres photos ici sur facebook.

Plaisirs Coupables

17 Juin

Bon aujourd’hui mauvaise journée d’examen, donc je me réconforte avec de la musique :

coconuts-on-palm-trees.tumblr.com

coconuts-on-palm-trees.tumblr.com

Voici une liste non exhaustive de musiques adorées qu’il est parfois gênant d’aimer :

Pour se motiver : Stronger de Kelly Clarkson 

Parce que j’adore prononcer des paroles approximatives : Tina Arena (ouiouioui) Alller plus haaaaut

Pour sautiller : Fun Fun FUN  des Beach Boys (si vous parvenez à chanter cette chanson en rythme vous êtes mes idoles)

Du classique : Aretha Franklin : RESPECT 

Que personne ne se moque  mais j’adore : Fernando de Abba

Et un petit coup de gros dossier des années 80 (non je n’étais pas née! xD) : Nuit de folie (regarder le clip juste pour sourire un peu) j’allais oublier le dernier de la même veine : partenaire particulier

Et puis : une petite galerie d’image de chats parce les chats dominent internet, et que ça fait du bien quand on a le blueeees…

Ce moment

8 Juin

Ça faisait longtemps que je voulais faire un article sur la photographie, ou du moins pour parler du pourquoi j’aime autant faire des photos. Ça se résume à peu de chose : la quête de la perfection.

Je ne dis pas que les photos que je fais sont parfaites hein. Je dis seulement que parfois c’est agréable de mettre le temps sur « pause » et de vivre un peu plus longtemps dans ce moment parfait.

 Sans titre 1.jpg

Je ne vais pas être très disponible les prochaines semaines (examen oblige, mais juste après je vais essayer de continuer à chercher à « capturer » ce genre d’instants.

(Je pense m’inscrire à des cours de photographie, j’aimerai bien que cela devienne un peu plus « sérieux », si vous avez des suggestions ^^)

Bon weekend.

White Nights

5 Juin

Has it been a day or a week?
As my eyes begin to close
I am walking in my sleep
Living in a state in-between
Do the signs begin to show
See the eyes fare in the dark
As they glow

IMG_0299.JPG_

These dreams under my pillow
In the twilight of these white nights
These dreams under my pillow
In the twilight of these white nights

Une âme d’enfant

29 Mai

«  Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant ».

Si Picasso l’a dit, c’est que c’est certainement vrai, non? Plus sérieusement, je pense aussi qu’à travers le regard des enfants, les choses sont plus belles parce qu’elles sont des découvertes. Ils ont le regard pur sur les choses, et savent apprécier ces petits détails qui nous échappent en tant qu’adulte.

Il est dommage d’oublier c’est petits bonheurs simples : s’extasier devant la beauté de la neige qui tombe, courir dans l’herbe pieds nu, manger une glace…

Modèle : Mélissa

Modèle : Mélissa

Je remarque par ailleurs qu’on a tendance à complexifier les choses simples « c’est compliqué, tu comprendra plus tard ». Bien souvent, c’est simple et l’enfant l’a déjà compris.

N’aurait-on pas tendance à tout compliquer en grandissant?

Modèle : Mélissa

Modèle : Mélissa

Paris je t’aime… mais je te quitte

27 Mai

Alala, un titre digne d’un roman de Marc Lévy, tout un programme.

Alors oui, j’aime Paris, j’y suis née et je ne l’ai pas quitté(sauf pour les vacances) depuis. Mais tout cela a trop duré. Qui a dit que l’herbe n’était pas plus verte ailleurs? Ou plutôt qui a dit qu’il n’y avait pas plus d’herbe ailleurs (je parle de verdure hein!).

Je reprend donc, j’aime énormément de choses à Paris: le fait de ne jamais avoir besoin de plan pour m’y promener (au pire il y aura bien une station de métro que je croiserai), le fait de pouvoir sortir dans des tas de bars/boites/salles de concert avec des ambiances uniques, le fait de pouvoir dépenser mon argent boulevard Haussman, ou Rivoli (non pas Châtelet : c’est mal fréquenté xD), aller au ciné à Bercy village, aller faire des courses à Tang Frères dans le 13e, aller acheter des tee shirts de groupes et des vinyles aux puces de Saint Ouen, aller prendre des photos autour du Parc Monceau, Montsouris, ou des Buttes Chaumont, aller discuter sur les quais de Seine, ou manger une crêpe à Saint Michel, avoir des tas de galeries et de musées qui m’entoure, aller manger près de Montparnasse ou à Vavin, aller réviser à la BSG au Luxembourg pour ensuite prendre une pause dans le parc en descendant la rue Soufflot, acheter des morceaux de tissus ou des déguisements près de Montmartre ou encore m’allonger sur l’herbe de l’avenue de Breteuil…

 Malgré tout cela, je vois aussi une qualité de vie qui se dégrade, des gens de plus en plus indifférents, qui se consomment et qui évoluent dans un même espace sans jamais se regarder. Je vois une grande ville qui sous des aspects cosmopolites, s’isole.

 J’ai l’impression qu’à Paris, on passe sa vie à s’organiser pour son travail « on vie pour travailler » : on passe des heures dans les transports à ne rêver que de les quitter, et que dans d’autres villes de France on prend le temps de vivre chaque jour, « on travaille pour vivre » rien de plus.

 Enfin mon seul rêve est d’avoir de l’espace : une maison, un jardin… sans m’endetter pour le restant de ma vie. C’est pour ça qu’en aout je quitte Paris, je m’en vais finir mes études dans une ville à taille humaine.

 

%d blogueurs aiment cette page :