Le reste du monde et moi

26 Juil

J’ai repris récemment contact avec une personne qui haïssait qu’on l’assimile « au commun des mortels », c’est à dire que l’idée qu’on la qualifie elle ou un de ces comportement à la « normale » l’insupportait.

Malgré moi, j’ai tendance à très souvent employer ces termes pour relativiser certaines situations et les enjeux qu’elles comportent.

J’aime bien l’idée de me démarquer sous certains angles mais la vie en société fait qu’il est quasiment impossible de l’être réellement, de plus il est toujours plus rassurant d’être « comme les autres ». Après tout, revendiquer une « unicité totale » c’est impossible, on aura beau faire ce qu’on voudra compte tenue du nombre d’habitants sur la planète terre, il n’est pas dure de trouver quelqu’un qui nous ressemble que ce soit au niveau parcours, gouts ou même objectif. On ne peut rien contre, l’homme est par définition un être sociale et la société nous soumet malgré nous à un formatage collectif.

A part une différence physique, qu’est-ce qui nous différencie tant? Et est-ce que la volonté de se fondre dans la masse s’assimile à un signe de faiblesse de notre part ou est-ce seulement le fait de s’accepter en tant qu’humain membre d’une société? Accepter l’environnement dans lequel nous évoluons ainsi que son influence n’est-ce pas aussi s’accepter soit même?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :